LE PLAN MERCREDI

à quand UN PLAN LUNDI MARDI JEUDI ET VENDREDI pour que l'égal accès à l'école pour tous nos enfants ?



J'ai d'abord pensé à une falk news mais l'information émane bien du site http://handicap.gouv.fr/actualites/article/le-plan-mercredi-une-meilleure-inclusion-des-eleves-en-situation-de-handicap


Alors on connaît le goût prononcé de notre gouvernement pour les rapports qui ne rapportent pas de la réalité de terrain mais des désidératas de quelques politiques ou hauts fonctionnaires, les plans, les stratégies qui visent à contourner l'application des lois.


L'on comprend que les condamnations de la France, la pression internationale pour récupérer le retard en matière handicap, pour mettre en oeuvre des politiques en faveur d'une prise en charge désinstitutionnalisée, c'est-à-dire d'apporter des réponses de proximités, en fonction des besoins et non des places disponibles, doit interroger sur nos pratiques pour faire des personnes en situation de handicap des sujets de droits et non plus des objets de soins.


Mais avant de prétendre réinventer la poudre, il faudrait voir si la loi pour l'égalité des droits et des chances, la citoyenneté et la participation des personnes handicapée est pleinement entrée en application après sa promulgation.


Il aura fallu 30 ans à la France pour retranscrire les grands principes et les droits fondamentaux des personnes handicapées dans la loi de 2005.





Il aura fallu #1andaction pour en arriver à


- passer de la solidarité nationale (responsabilité de l'état) à la solidarité familiale (puisque les aides sociales "coûtent un pognon de fou")


- passer du droit à l'égal accès au droit commun à un concept de société inclusive qui tenterait d'inclure ceux qu'elle exclu.


- passer du libre choix du projet de vie grâce à la compensation des conséquences du handicap et à un revenu d'existence favorisant une vie digne est autonome à des parcours relevant de la volonté de nos institutions à collaborer entre elles pour déguiser l'institutionnalisation.


- passer d'une participation effective des personnes handicapées à la vie sociale grâce à l'accessibilité universelle à une participation réduite aux seuls endroits accessibles.


- placer de la personne au cœur du dispositif qui la concerne à des dispositifs élaborés pour répondre aux besoins des politiques, des administrations et des institutions.


Alors avant de faire chapeauter les loisirs et la culture par l'éducation nationale, de vouloir donner des leçons d'un savoir faire qu'elle est loin de maîtriser ou délirer sur un accueil fléché du mercredi des enfants handicapés, il faudra déjà que l'EN s'acquitte de ses obligations légales de résultats, de sa mission de service public.

à quand un véritable engagement pour l'égal accès à l'instruction pour tous, droit constitutionnel et liberté fondamentale ?


9 vues
  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • W-Pinterest